• ATTENTION ORAGES entre 18h et 23h. Rafales de vent, foudre, pluies fortes, grêle non exclue.

Quand Still alimentait Strasbourg en poissons et en bois.

Il y a bien longtemps , on ne sait même pas depuis quand , il y avait à Still des élevages de poissons d'eau douce. On en sait peu de choses, mais suffisamment pour en être certain...

Des traces encore bien visibles

Les traces en sont encore aujourd'hui bien visibles dans le paysage : les digues des anciens étangs...

Dans le « Wierl » à l'endroit exact où le Stillbach sort de la forêt, à 400 mètres en amont de l'actuel camping, se trouve une digue de 3 mètres de haut pour une longueur de 20 mètres...

Au lieu-dit « Schweitzerfeld » ou « Schweitzermatten » le long du Zweibaechel, entre le Munchhof et les actuels étangs de Still se trouvent deux autres digues, l'une de 30 mètres, l'autre de 20 mètres...

A la sortie du village, direction Flexbourg, juste après la dernière maison à gauche on voit que la route toute droite se trouve sur une hauteur : il s'agit d'une ancienne digue. Et longtemps il y avait un moulin en fonction, là où la rivière sortait de l'étang.

Et on peut se demander si, après les virages direction Munchhof à droite de la route, l'énorme excavation bien visible, n'avait pas servi de carrière d'argile pour sa construction.

Une activité de moines

D'après l'ouvrage de Lucien Reyser «Still en paroisse», ce sont des moines qui, dès le 12ème siècle, ont exploité le Munchhof : l'agriculture et la pisciculture étant leurs principaux revenus.

Le poisson était transporté en ville dans des tonneaux sur des charrettes.

Un procès pour vol nous apprend l'existence des étangs

Des habitants de Balbronn se seraient fait verbaliser pour vol.

Ce qui entraina des procès devant les instances impériales de l'Empire. C'est ainsi qu'on connut l'existence de ces étangs.

Sur les premières cartes géographiques d'Alsace vers le 16ème-17ème siècle, Still, pourtant simple village, est représenté grâce à ses étangs.

Le vendredi, jour du poisson.

Le commerce de poissons était justifié par l'observance du vendredi chrétien, jour sans viande, et du carême.

Il dura longtemps avant que la concurrence du poisson de mer n'y mette fin, le coût du transport par chemin de fer le rendant moins cher.

Réserve d'eau pour le flottage du bois.

Ces étangs servirent aussi de réserve d'eau pour le flottage du bois, très ancienne et très importante activité économique de la vallée de la Bruche.

On en connait aussi l'existence par de nombreux procès du 16ème au 19ème siècle. Le flottage demandant une redoutable organisation entre de multiples partenaires. Le «lâcher d'eau» permet au bois accumulé au bord de la Bruche de se porter jusqu'à Molsheim au Holtzplatz.

C'est la construction du canal Vauban (vers 1683) qui donna une grande expansion à cette activité. Et la réparation des vannes des étangs de Still au sortir de la Guerre de trente ans y contribua.

Sources: Lucien Reyser "Still en paroisse" Bulletin de la société d'histoire de Mutzig et environs

Rédigé par Daniel Schwartz

Still-Info n° 311 mai 2021

Haut de page